Jeux éducatifs et apprentissage de l’anglais

Jeux éducatifs et apprentissage de l’anglais

Jeux éducatifs et apprentissage de l’anglais

 

Une étude réalisée par Eurostat montre qu’en 2012, 98,4% des élèves Français, au premier cycle du secondaire, choisissent l’anglais comme langue étrangère. On la retrouve dans le top 3 des langues les plus parlées dans le monde. En 2015, environ 1,5 milliards parleraient cette langue.

De nos jours, les parents, sont réellement soucieux d’augmenter le niveau de leurs enfants. Ils recherchent maintes solutions, en dehors de l’école, pour faire d'eux de parfaits bilingues. La première question qui revient de manière récurrente lorsqu’on me sollicite, est celle de savoir à quel âge ils peuvent les initier, ensuite, se pose celle des supports et méthodes qui favorisent un apprentissage efficace. Mon parcours personnel et professionnel me sert à apporter quelques éléments de réponses.

 1. L’importance de l’apprentissage de l’anglais dès le plus jeune âge.

Selon Pascal Roulois, enseignant et Chercheur indépendant en neuropédagogie, il est inutile de donner des cours d’anglais à des enfants de moins de 7 ans. Tout simplement car ils n’ont aucunement besoin d’apprendre dans un cadre organisé et structurel. Ils sont dans une période dite « sensible » qui leur permet de fonctionner comme des éponges, au contact de ce qui les entoure. Pascal Roulois conseille donc plutôt de leur faire découvrir la musique et un environnement anglophone pour cette tranche d’âge-là. D’ailleurs, il existe des ateliers animés par des anglophones qui ont choisi les chansons et comptines pour enseigner l’anglais aux jeunes apprenants, à l’instar de Pop English : (https://www.popenglish.com/site/)

Que pensez-vous de cette méthode ?

Dans son livre, intitulé : « L’enseignement précoce des langues étrangères », publié en 2007, aux édition Guerra,  Michele Daloiso, enseignant et chercheur en linguistiques avance même que de 0 à 3 ans, les enfants sont susceptibles d’acquérir « une prononciation parfaite et […] des habilités linguistiques ». Après cette période et jusqu’à l’âge de 8 ans, ils bénéficient des mêmes capacités, mais en fournissant un peu plus d’efforts.

Certains remettent en cause cet apprentissage précoce et donne comme argument que cela perturberait le langage chez les enfants, notamment dans leur langue maternelle. Mythe ou réalité ?

Selon Gilbert Dalgalian linguiste, ex-Directeur Pédagogique à l'Alliance Française à Paris, spécialiste du bilinguisme précoce : "Les langues, ça ne fonctionne pas comme les vases communicants. Les langues ne sont jamais en concurrence. Plus on en apprend et plus cela facilite l'apprentissage de nouvelles langues. Il y a un effet cumulatif. L'apprentissage d'une langue ne nuit pas à l'apprentissage d'une autre langue ; c'est tout le contraire".

Alors ? Etes-vous convaincu ?

2. Jeux éducatifs de type traditionnel et jeux en ligne.

Je le mentionnais plus haut, baigner dans un environnement anglais est idéal pour progresser rapidement. Soit lors d’un voyage d’une durée suffisamment longue pour expérimenter ce qu’on appelle le « bain linguistique » ou dans le cadre d’ateliers réguliers animés par un locuteur natif.

Honnêtement, et là je parle pour les Français, il n’est pas toujours évident de bénéficier de ces conditions qui sont, il faut le dire trop peu nombreuses et pas toujours accessibles parfois financièrement.

On voit également de plus en plus, l’apparition de nombreux sites et applications qui proposent des activités et jeux ludiques et interactifs. Les parents n’ont que l’embarras du choix. J’en citerai un que j’ai testé pour mes enfants et qui s’intitule : Speaky planet (https://www.speakyplanet.fr/). Il propose de parcourir tout le programme scolaire du CP à la 5ème en jouant.  C’est une alternative intéressante pour ceux qui ne peuvent se payer le luxe de partir à l’étranger, d’avoir un enseignant ou une nounou anglophone. Personnellement, j’aime bien le concept qui propose des avantages certains. On apprend de manière moins formelle qu’à l’école. Il est connu que plus on s’amuse et plus on est motivé pour apprendre.

Ce qui m’ennuie par contre, c’est que même s’il préconise de passer environ un quart d’heure par jour pour mémoriser du vocabulaire ou des phrases en anglais, on constate que malheureusement, les enfants passent énormément de temps devant les écrans ! Que ce soit sur un ordinateur, une tablette, un portable, une console etc. Et on connait les effets lorsqu’il y a excès : leur dopamine fond comme neige au soleil, ce qui peut les rendre plus agressifs et émotifs. Il est d’ailleurs également recommandé de ne pas mettre les enfants devant la télévision avant 4 ans car l’association des images et des mots qu’ils entendent est encore compliqué pour eux. Cela pourrait les mettre dans un état de tension. Pour pour éviter d’en arriver là, un accompagnement est primordial pour contrôler tout ça. 

Alors, si vous cherchez un moyen de réduire les expositions aux écrans mais que vous souhaitez tout de même sortir un peu du cadre scolaire, que pensez-vous des solutions suivantes ?

- Des jeux éducatifs comme les jeux de société, de mémo, etc qui se jouent avec des règles à respecter et dont l’objectif est bien évidemment pédagogique.
- Des jeux de simulation dont le but est d’imiter une situation réelle et favorise ainsi la communication tels que jouer au marchand, ou à la maîtresse.
- Des jeux ou livres électroniques, donc sonores pour la compréhension orale qui permet une expérience interactive. Ici, on aura par exemple des micros ou stylos parlants dans une activité.

J’ai fait ici une petite sélection de jeux plus « traditionnels ». Mais ce qu’on appréciera avec ce genre de support c’est le fait que l’on délaisse de temps en temps les écrans au profit d’activités plus manuelles et collectives, et rien pour ça, je valide.

Quel bonheur de voir des enfants autour d’un plateau de jeu échanger des rires ou utiliser des cartes illustrées pour mémoriser de nouvelles notions. Ils ont besoin de toucher les supports, de découvrir, explorer, créer. Cela les motive davantage. Apprendre par le jeu. Le plaisir d’apprendre tout simplement.

Voici une citation de Pauline Kergomard : « le jeu, c’est le travail de l’enfant, c’est son métier, c’est sa vie. ». On est d’accord !

  3. J’aime l’anglais depuis l’enfance.

A l’époque, elle n’était pas encore enseignée en primaire. J’ai découvert cette belle langue en arrivant au collège. Je me souviendrai toujours de ma première prof d’anglais : Madame W. ! Un vrai personnage ! J’avais mal commencé l’année pourtant. Au premier contrôle, j’ai eu un beau zéro car j’avais manqué les cours pour des raisons de santé ! Mais cela ne m’a pas empêchée de finir en beauté, 1ère de la classe dans cette matière ! Par la suite, l’anglais a été le fil rouge de tout mon cursus. Les années passaient et il était clair pour moi qu’il fallait que j’exploite cette passion que je poursuivais.

Je ne me rappelle pas avoir eu accès à tout ce qui existe aujourd’hui, comme les jeux en ligne ou les autres jeux éducatifs. Tout ce que j’ai appris au départ provenait des cours des différents professeurs qui se sont succédés. Il y avait les manuels, livres d’exercices, polycopiés et tableaux noirs ou blancs. Pas très fun, tout ça, me direz-vous.

Plus tard, à l’âge adulte j’ai voulu faire l’expérience de l’immersion totale et ai tenté l’aventure en Angleterre en tant que fille au pair toute une année. Constat sans appel : Il y a un réel décalage entre ce que l’on apprend à l’école et la réalité. Et là, on se rend compte que malgré la bonne moyenne, et bien, on ne connait et comprend pas grand-chose ! Le choc !

Quelques temps après, j’ai renouvelé l’expérience aux USA en temps que Lectrice dans un programme d’échange pour étudiants. Je vous encourage vivement de faire un séjour dans un pays dont l’anglais est la langue maternelle comme les Etats-Unis, l’Australie ou le Canada. Il faut absolument concrétiser ce projet d’une manière ou d’une autre si vous visez d’autant plus une carrière qui exige de maitriser l’anglais. Elle vous servira pour travailler dans bon nombre de domaines comme l’informatique par exemple, communiquer lors de voyages, et vous divertir si vous aimez le cinéma et donc regarder des films ou même des séries ou des documentaires en version originale.

Tout naturellement, après mes études et mes expériences diverses, je me suis dirigée vers l’enseignement. J’ai vite réalisé, au contact des élèves que l’attrait pour les langues était particulièrement décuplé lorsque l’aspect ludique était intégré. Les enfants aiment découvrir les nouveautés, mais ils aiment surtout apprendre en s’amusant.

Aujourd’hui, j’ai laissé ma casquette d’enseignante pour porter celle de chef d’entreprise, mompreneur pour être précise. Maman de 4 bambins, je gère en parallèle une boutique en ligne de jeux éducatifs et livres ludiques en anglais que j’ai appelée Zekideshop (petit clin d’œil à nos Frenchies). Vous voyez toujours le fil rouge ?

A travers Zekideshop, j’encourage l’apprentissage par le jeu. Vous y trouverez des jeux de sociétés pour apprendre à construire des phrases, des flashcards et jeux de mémos pour mémoriser du vocabulaire, des puzzles pour découvrir la culture anglophone, des livres sonores, des activités pour faire des mathématiques de manière ludique etc.

Vous pouvez découvrir tous les article ici : www.zekideshop.fr

L’anglais est statistiquement reconnu comme étant l’une des langues les plus parlées dans le monde. Alors si vous faites partie de ceux qui pensent que l’apprendre aide à s’ouvrir à d’autres cultures et découvrir un monde plein de richesse, et bien, foncez ! Et n’oubliez pas de toujours le faire avec plaisir.

Have fun !

F. Rahmoune

Gérante de Zekideshop.

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires

nom:
E-mail: (Non publié)
Commentaire:
Code de type

Catégories

Meilleures ventes

Information

Fabricants

Aucun fabricant

Fournisseurs

Aucun fournisseur

Mots-clés